La petite voix

Les enfants sont des exemples et une source étonnante d’enseignements. Quand on les regarde jouer, on les voit parfois s’adresser à des personnages imaginaires avec qui ils ont de grandes conversations. Les enfants se prêtent avec naturel et spontanéité au dialogue avec l’invisible. C’est sans doute pour cette raison qu’ils sont si réceptifs et capables d’entendre « la petite voix« . Car une fois devenus adultes, beaucoup d’entre nous se souviennent de cette voix intérieure qui leur a parlé.

Seulement en grandissant, on cesse souvent d’entendre la «  petite voix « . Notre éducation nous apprend à raisonner, à analyser, et à définir ce qui est vrai ou faux, bien ou mal, beau ou laid… Et sans même s’en rendre compte, on prend l’habitude de réagir en fonction de nos croyances, nos préjugés, nos opinions, en fait tout ce qui est le contraire de l’intuition. On perd le contact avec ces impressions, ces pensées ne venant pas de nous qu’une voix bienveillante semblait nous chuchoter…

Ecouter la petite voix

Heureusement, grâce à un travail patient d’introspection, on peut apprendre à écouter de nouveau la  » petite voix « . La pratique de la méditation permet de retrouver le calme intérieur nécessaire et d’apprendre à distinguer la voix intérieure de ses propres pensées. Et avec le temps, quand on commence à éveiller son intuition, on se rend compte que le chemin est long et difficile avant de parvenir à traverser les aléas de l’existence en restant à l’écoute en permanence de la  » petite voix « .

Car lorsqu’on perçoit en soi-même cette voix intérieure, il n’est pas facile de la suivre et de l’écouter. L’intuition prend bien souvent le contre-pied de nos propres pensées. C’est pour cela que quand bien même on ressent intérieurement l’écho de certaines vérités, si elles nous remettent en cause personnellement, on a le réflexe de les éluder, et le plus souvent, de les rejeter.

Suivre la voix intérieure est dérangeant, car cela remet en question toutes nos habitudes, nos attitudes, notre comportement. C’est bouleversant, car cela demande une souplesse et une humilité à laquelle on est rarement disposés. C’est déconcertant, car on a appris à défendre ses positions avec force, et que s’abstenir de le faire passe à nos yeux pour de la faiblesse. Pourtant, au fond, la faiblesse, n’est-ce pas ne pas avoir le courage de vivre en accord avec ce qu’au fond de nous-même on sait être vrai ?

La foi et le désir d’y arriver sont porteurs de la promesse de réussir. Un jour la voix intérieure devient audible à l’intérieur de nous, et on découvre que si on sait l’écouter, elle sait exactement où nous devons aller. Elle nous fait prononcer les mots justes auxquels on n’avait pas pensés, nous fait faire les bons gestes spontanément au bon moment, et dans les situations difficiles nous fait entrevoir des perspectives qu’on n’avait pas imaginées. Elle est l’inspiration qui nous fait dépasser les limites que nous avons construites dans notre esprit.

En réalité notre voix intérieure sait comment nous devons évoluer sur notre chemin personnel, dans notre propre vie, mais nous l’avons oubliée, laissée de côté. A trop vouloir réfléchir et penser, on a laissé la raison l’emporter sur l’intuition. Nos pensées font le bruit discordant d’un bavardage incessant et obstiné. La petite voix, elle, est un écho intérieur qui vient du plus profond de notre être, une source d’inspiration venant du cœur. C’est dans le silence de nos pensées que nous pouvons entendre sa mélodie et un jour laisser s’élever la musique qui est à l’intérieur de nous et qui ne sera jamais jouée si nous n’apprenons pas à écouter et suivre ce que dit en nous la petite voix.

Les enfants sont des exemples et une source étonnante d’enseignements. Quand on les regarde jouer, on les voit parfois s’adresser à des personnages imaginaires avec qui ils ont de grandes conversations. Les enfants se prêtent avec naturel et spontanéité au dialogue avec l’invisible. C’est sans doute pour cette raison qu’ils sont si réceptifs et capables d’entendre « la petite voix« . Car une fois devenus adultes, beaucoup d’entre nous se souviennent de cette voix intérieure qui leur a parlé.

Seulement en grandissant, on cesse souvent d’entendre la «  petite voix « . Notre éducation nous apprend à raisonner, à analyser, et à définir ce qui est vrai ou faux, bien ou mal, beau ou laid… Et sans même s’en rendre compte, on prend l’habitude de réagir en fonction de nos croyances, nos préjugés, nos opinions, en fait tout ce qui est le contraire de l’intuition. On perd le contact avec ces impressions, ces pensées ne venant pas de nous qu’une voix bienveillante semblait nous chuchoter…

Ecouter la petite voix

Heureusement, grâce à un travail patient d’introspection, on peut apprendre à écouter de nouveau la  » petite voix « . La pratique de la méditation permet de retrouver le calme intérieur nécessaire et d’apprendre à distinguer la voix intérieure de ses propres pensées. Et avec le temps, quand on commence à éveiller son intuition, on se rend compte que le chemin est long et difficile avant de parvenir à traverser les aléas de l’existence en restant à l’écoute en permanence de la  » petite voix « .

Car lorsqu’on perçoit en soi-même cette voix intérieure, il n’est pas facile de la suivre et de l’écouter. L’intuition prend bien souvent le contre-pied de nos propres pensées. C’est pour cela que quand bien même on ressent intérieurement l’écho de certaines vérités, si elles nous remettent en cause personnellement, on a le réflexe de les éluder, et le plus souvent, de les rejeter.

Suivre la voix intérieure est dérangeant, car cela remet en question toutes nos habitudes, nos attitudes, notre comportement. C’est bouleversant, car cela demande une souplesse et une humilité à laquelle on est rarement disposés. C’est déconcertant, car on a appris à défendre ses positions avec force, et que s’abstenir de le faire passe à nos yeux pour de la faiblesse. Pourtant, au fond, la faiblesse, n’est-ce pas ne pas avoir le courage de vivre en accord avec ce qu’au fond de nous-même on sait être vrai ?

La foi et le désir d’y arriver sont porteurs de la promesse de réussir. Un jour la voix intérieure devient audible à l’intérieur de nous, et on découvre que si on sait l’écouter, elle sait exactement où nous devons aller. Elle nous fait prononcer les mots justes auxquels on n’avait pas pensés, nous fait faire les bons gestes spontanément au bon moment, et dans les situations difficiles nous fait entrevoir des perspectives qu’on n’avait pas imaginées. Elle est l’inspiration qui nous fait dépasser les limites que nous avons construites dans notre esprit.

En réalité notre voix intérieure sait comment nous devons évoluer sur notre chemin personnel, dans notre propre vie, mais nous l’avons oubliée, laissée de côté. A trop vouloir réfléchir et penser, on a laissé la raison l’emporter sur l’intuition. Nos pensées font le bruit discordant d’un bavardage incessant et obstiné. La petite voix, elle, est un écho intérieur qui vient du plus profond de notre être, une source d’inspiration venant du cœur. C’est dans le silence de nos pensées que nous pouvons entendre sa mélodie et un jour laisser s’élever la musique qui est à l’intérieur de nous et qui ne sera jamais jouée si nous n’apprenons pas à écouter et suivre ce que dit en nous la petite voix.

About the author

Related posts

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *